A propos

« Euridice touchante et lumineuse » dont « on oubliera pas la grâce angélique de l’air Se desti pietà (…) » écrit Thierry Hillériteau pour Le Figaro.

Michèle Bréant reprendra ce rôle en décembre prochain au Théâtre de l’Athénée dans l’Orfeo de Sartorio dirigé par Philippe Jaroussky et mis en scène par Benjamin Lazare. Elle chantera également cette saison les rôles de Modistin dans Le Chevalier à la rose de Strauss à l’Opéra de Leipzig et de Susanna dans Les Noces de Figaro de Mozart avec Mathieu Herzog et l’orchestre Appassionato.

Finaliste du 12 ème Concours Nadia et Lili Boulanger, Michèle se perfectionnera cette année au Lied avec Thomas Hampson au sein de la nouvelle promotion de la Heidelberg Lied Academy.

Michèle commence son parcours musical à Paris où elle est initiée très jeune au chant, au piano et à la danse. Avant d’intégrer la Maitrise au Conservatoire Régional de Paris, elle vit sa première grande expérience scénique en chantant Gretel dans The Sound of Music au Théâtre du Châtelet (2009 puis 2012). Elle poursuit ensuite ses études au sein de la Hochschule für Musik und Theater de Leipzig dans la classe de Carola Guber et parallèlement à ses études musicales, elle obtient une licence de littérature et d’histoire de l’art à l’Université de Paris Diderot.

Par la suite, elle aura l’opportunité de chanter à nouveau en soliste dans des productions internationales, parmi lesquelles figurent Orphée et Eurydice de Glück (2014) à la Monnaie de Bruxelles, où elle incarne le rôle de l’Amour sous la baguette d’Hervé Niquet et aux côtés de Sabine Devieilhe et Stéphanie d’Oustrac, ou encore Das klagende Lied de Mahler à la Philharmonie de Paris (2016) sous la direction de Jaap van Zweden, qu’elle retrouve quelques mois plus tard pour la même œuvre à la Philharmonie de Dallas aux États-Unies.

Dès lors, elle participe à différents événements et Master classes, notamment l’Atelier lyrique du Festival Verbier (2022) et l’Académie Jaroussky (2022/2023) qui la font bénéficier des conseils d’éminents professeurs, chanteurs et pianistes, parmi lesquels Anne le Bosec, James Bailieu, Erik Battaglia, Anne Sophie von Otter, Thomas Quasthoff ou encore Philippe Jaroussky.

Elle ajoute également à son répertoire les rôles de Titania dans a Midsummer Night’s Dream de Britten (2021), du Taumännchen dans Hansel et Gretel (2022) de Humperdinck à l’Opéra de Leipzig et elle chante en Mars dernier la Soprano solo de la Passion selon Saint Matthieu de Bach au Concertgebouw d’Amsterdam, avec La Petite Bande dirigée par Sigiswald Kuijken.

 

English biography:

A « touching and luminous Euridice » whose « angelic grace in the aria Se desti pietà (…) will not be forgotten » writes Thierry Hillériteau for Le Figaro.

Michèle Bréant will reprise this role in December at the Théâtre de l’Athénée in Sartorio’s Orfeo conducted by Philippe Jaroussky and directed by Benjamin Lazare. This season she will also sing the roles of Modistin in Strauss’s Der Rosenkavalier at the Leipzig Opera and Susanna in Mozart’s Le nozze di Figaro with Mathieu Herzog and the Appassionato orchestra.

Finalist of the 12th Nadia and Lili Boulanger Competition, Michèle will be perfecting herself in Lied Repertoire with Thomas Hampson as part of the Heidelberg Lied Academy (2023/2024).

Michèle began her musical career in Paris, where she was introduced to singing, piano and dance at an early age. Before entering the Conservatoire Régional de Paris, she had her first major stage experience singing Gretel in The Sound of Music at the Théâtre du Châtelet (2009 and 2012). 

Wishing to continue and complete her training, Michèle joined Carola Guber’s class at the Hochschule für Musik in Leipzig in 2018. In parallel to her musical studies, she obtained a Bachelor’s degree in Literature and Art History at the University of Paris Diderot.

She has subsequently sung as a soloist in a number of international productions, including Glück’s Orphée et Eurydice (2014) at La Monnaie in Brussels, where she played the role of Amour under the baton of Hervé Niquet and alongside Sabine Devieilhe and Stéphanie d’Oustrac, or Mahler’s Das klagende Lied at the Philharmonie de Paris (2016) conducted by Jaap van Zweden, whom she reunited with a few months later for the same work at the Dallas Philharmonie in the United States.

Since then, she has taken part in various events and master classes, including the Atelier lyrique of the Festival Verbier (2022) and the Académie Jaroussky (2022/2023), where she has benefited from the advice of eminent teachers, singers and pianists, including Anne le Bosec, James Bailieu, Erik Battaglia, Anne Sophie von Otter, Thomas Quasthoff and Philippe Jaroussky.

She has also added the roles of Titania in Britten’s A Midsummer Night’s Dream (2021) and Taumännchen in Humperdinck’s Hansel and Gretel (2022) to her repertoire at the Leipzig Opera, and last March sang the solo soprano in Bach’s St Matthew Passion at the Amsterdam Concertgebouw, with La Petite Bande conducted by Sigiswald Kuijken.